La kinésithérapie dans le traitement de l'endométriose

La KinĂ©sithĂ©rapie a pour objectif de "rĂ©Ă©duquer" le corps de façon mĂ©canique. Pour cela, elle fait appel Ă  de nombreuses techniques : massages, mouvements de gymnastique, usage du chaud, du froid, hydrothĂ©rapie
 Elle va comme rĂ©apprendre au corps des habitudes d'exercices, d'Ă©tirements, de postures, qui vont sur le long terme agir sur les symptĂŽmes.
C'est pourquoi on prescrit plusieurs séances sur une durée précise de temps, particuliÚrement pour l'endométriose qui généralement fait perdre en mobilité et souplesse plusieurs parties du corps de la femme.
------------------------

Quelles sont les techniques de la kinésithérapie pour aider à soulager l'endométriose ?

KINESITHERAPIE ET ENDOMETRIOSE

Libérer les tensions, redonner de la mobilité aux tissus

Kinésithérapeute formée en rééducation périnéale, j'utilise une méthode globale qui raisonne le corps comme un ensemble fait de différentes structures liées entre elles. Lorsque une douleur apparaßt, elle est, le plus souvent, causée par des blocages tissulaires. Ces blocages sont libérés par des techniques diverses, de kinésithérapie "classique".

Cette mĂ©thode pourrait, Ă  s’y mĂ©prendre, se confondre avec l’ostĂ©opathie. En effet, si cette mĂ©thode est trĂšs complĂ©mentaire de celles des ostĂ©opathes, elle reste proche de la kinĂ©sithĂ©rapie, au sens oĂč, les techniques qui dĂ©coulent du bilan initial sont finalement des « classiques » de notre discipline. 

En utilisant cette méthode et en pratiquant en parallÚle de la rééducation périnéale, j'ai rapidement été confrontée à l'endométriose. En effet, de nombreuses douleurs et symptÎmes, autres que les douleurs de la région utérine, font partie du syndrome.
C'est ainsi que nous retrouvons des tensions importantes au niveau du périnée mais également, sans grand étonnement, dans la cavité abdominale et probablement dans bien d'autres zones (lombaires, thoraciques, dorsales, cervicales...).

Je m’explique. A la premiĂšre consultation, nous allons chercher Ă  mettre le doigt sur toutes les zones du corps qui sont potentiellement en souffrance grĂące Ă  un bilan trĂšs dĂ©taillĂ© et standardisĂ© pour ne rien oublier. Une fois ces observations faites, nous utiliserons des techniques (plus ou moins connues de la majoritĂ© des kinĂ©sithĂ©rapeutes) visant Ă  dĂ©tendre, assouplir, libĂ©rer les tissus (tous ceux, mĂȘme loin de la source douloureuse, que nous avons relevĂ©s au bilan).

Parmi les tissus que nous allons chercher Ă  libĂ©rer, il s’en trouve un qui a un rĂŽle particuliĂšrement important dans les tensions et donc dans les douleurs et que nous chercherons impĂ©rativement Ă  dĂ©tendre, nous l’appelons le fascia. 
Cette trame de tissu conjonctif est une unitĂ© globale qui relie chaque organe, muscle et toute autre structure les unes aux autres pour crĂ©er une unitĂ©, responsable du fait que nous parvenions Ă  tenir d’un seul morceau, verticaux et Ă  nous mouvoir. On pourrait considĂ©rer le fascia comme la « glue » du corps. 

Ainsi, si nous poussons ce raisonnement, nous comprenons trĂšs vite que, bien souvent, nos tensions ne seront pas « qu’externes » mais parfois et finalement souvent « internes ». La mĂ©thode utilisĂ©e parle de tensions « viscĂ©rales » qui correspondent Ă  des tensions au niveau des enveloppes de nos organes (fascias).

C’est ainsi que nous nous apercevons trĂšs vite que, rares sont les patients qui ont mal au dos de maniĂšre chronique sans avoir aucune tension dans leur ventre et donc, le plus souvent, une symptomatologie qui va avec (douleurs abdominales, constipation chronique, diarrhĂ©es, rĂšgles douloureuses ou
 endomĂ©triose !).

La particularité de la méthode est non plus d'aller chercher uniquement à libérer la zone douloureuse mais de libérer toutes les zones en manque de mobilité afin que toutes les sources possibles du problÚme aient été traitées.

Ainsi, il s'agira de traiter non plus que le "contenant" mais Ă©galement le "contenu", autrement dit, les tensions internes : les tensions abdominales.

Comment se passe le suivi de kinésithérapie pour l'endométriose ?

KINESITHERAPIE ET ENDOMETRIOSE

En pratique, je commence par une premiÚre séance de bilan de 30 minutes. Celle-ci commence par un "interrogatoire" afin d'en savoir un maximum sur la patiente et "dresser le décor". Ensuite, elle se poursuit par une analyse globale du corps et des tests afin de conclure sur l'ensemble des zones en souffrance.

Par la suite, les séances durent une heure, à raison d'une fois par semaine sur 5 semaines pour commencer. Au cours de ces séances nous utiliserons diverses techniques manuelles auxquelles on ajoutera quelques étirements/exercices respiratoires à reproduire à la maison afin de pérenniser les effets du traitement au cabinet entre deux séances.

Quant à la durée du plan de traitement, sachant que l'endométriose est une maladie chronique, tout dépendra de chaque patiente, au cas par cas : le traitement a t-il eu un impact bénéfique ? La pérennité de l'efficacité des séances est-elle de quelques jours, mois, semaines ? On pourra donc planifier les séances de suivi en fonction des besoins de chacune.

L'idĂ©e n'est absolument pas de prĂ©tendre soigner cette maladie, certainement pas non plus de valoriser une technique miracle mais simplement d'essayer d'apporter une pierre Ă  l'Ă©difice d'un mieux ĂȘtre pour ces patientes.

Attention, si cette thérapeutique ne fonctionne pas, il y en a bien d'autres à explorer. Ce qui fonctionne pour l'une ne fonctionnera pas forcément pour l'autre !

--------------------

Et n'oublions pas non plus tout l'intĂ©rĂȘt d'une pluridisciplinaritĂ© dans le traitement de l'endomĂ©triose !
LĂ  est tout l'intĂ©rĂȘt de ce site qui vous propose diffĂ©rentes pistes, n'hĂ©sitez pas Ă  en explorer plusieurs, jusqu'Ă  trouver celle ou celles qui vous font du bien !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent ĂȘtre approvĂ©s avant d'ĂȘtre affichĂ©s