Endométriose & émotions "négatives"

Par Elodie Naudin, Sophrologue

Les émotions ont un rôle bien utile : elles sont comme un système d'alarme et permettent de recevoir des informations sur notre état interne. Qu'elles soient définies comme "positives" ou "négatives", elles sont dans tous les cas nécessaires à notre bien-être, si nous savons les écouter et les interpréter.

---------------------------

Comment apprivoiser ses émotions en cas d'endométriose ? 

sophrologie endométriose émotions négatives

Une femme atteinte d’endométriose subit des symptômes divers comme les douleurs pendant les règles (dysménorrhée), les douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunie), les douleurs lors de la défécation (dyschésie), les douleurs lors de la miction (dysurie) mais aussi la fatigue chronique, les sciatiques à répétition, parfois même les douleurs pelviennes constantes, etc.

Ces divers symptômes handicapants dans la vie d’une femme engendrent des émotions négatives comme la colère, la tristesse, la frustration parfois même la culpabilité de ne pas être « normale ».
Toute émotion a sa place et son rôle à jouer. C’est d’ailleurs ce qui fait de nous des humains. Elles nous permettent de nous défendre, de nous protéger, de gérer une situation. Ces émotions prennent une grande place dans le quotidien et son parfois peu apprivoisées. Dans ce cas ces émotions nous dépassent, nous envahissent, nous étouffent. 

En sophrologie nous travaillons énormément sur les émotions notamment en leur donnant la place de s’exprimer, la place d’exister. Il est, en effet, primordial de laisser une émotion prendre toute la place nécessaire pour s’extérioriser. Simplement en la conscientisant : « Ok je suis en colère parce que j’en ai marre d’avoir mal au ventre ».
Cette prise de conscience va simplement laisser l’émotion vivre à travers vous et vous ne vous sentirez finalement pas étouffée. 

Quel risque de ne pas laisser une émotion s’exprimer ?

En étouffant une émotion parce que vous n’avez tout simplement pas envie de la ressentir, vous la laissez enfouie à l’intérieur de votre corps. Elle va alors agir comme une cocotte minute et s’accentuer davantage pour finalement « exploser » et vous faire agir de façon décuplée à une situation totalement inopportune. 

En laissant simplement vos émotions vivre vous vous dissociez de celles-ci. Vous ne vous identifiez pas à la colère, par exemple. Vous n’êtes pas « colère ». Cette émotion ne vous définie pas.
Elle existe mais ne vous appartient pas. Vous pouvez donc la laisser vivre et elle s’en ira comme elle est venue. 

Lors de maladie chronique comme l’endométriose, les émotions négatives prennent une grande place il est donc nécessaire d’apprendre à les reconnaître, les écouter, les apprivoiser pour mieux vivre avec la maladie et améliorer votre quotidien. De plus, les émotions négatives intériorisées accentuent la perception de la douleur et donc accroissent votre ressenti. 

En sophrologie, au-delà d’apprendre à apprivoiser les émotions, nous vous accompagnons à laisser émerger vos capacités pour positiver, trouver du positif dans votre vie et à vous focaliser sur ce qui vous fait du bien, ce que vous aimez. En effet, en focalisant votre attention sur quelque chose qui vous nourrit l’esprit et/ou le corps vous produisez de l’endorphine (hormone du bien-être). Cette hormone a un effet anesthésiant pour les douleurs et peut donc atténuer votre ressenti. 

Par ailleurs, un accompagnement thérapeutique en vue d’accepter la maladie est parfois nécessaire pour atténuer ces émotions négatives souvent omniprésentes. Le fait d’accepter de vivre avec l’endométriose ne vous empêchera pas de ressentir les symptômes mais vous permettra, cependant, de ne plus mettre d’émotions sur vos ressentis et donc de retrouver un bien-être au quotidien.

Conclusion : Les émotions, quelles qu’elles soient, ont un rôle à jouer dans nos vies, une information à nous communiquer. Cependant, afin de vivre une vie épanouissante malgré la maladie, il est intéressant d’apprendre à les observer et les laisser s’exprimer à l’intérieur de nous, avec conscience et confiance afin de les libérer.
Cela permet d’éviter d’accentuer les ressentis des symptômes de la maladie en apaisant les émotions négatives envahissantes et hors de contrôle.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés