Endométriose et Syndrome de congestion pelvienne : souvent confondus

Comme d'autres maladies touchant uniquement les femmes, le syndrome de congestion pelvienne est sous-étudiée et sous-diagnostiquée, souvent confondue avec l’endométriose. 
Ce syndrome se manifeste sous forme de douleurs à long terme, de manière chronique dans le pelvis, celles-ci sont provoquées par une accumulation de sang dans les veines du pelvis. 
.  

La maladie méconnue qui gâche la vie des femme

congestion pelvienne endométriose


Qu’est-ce que le syndrome de congestion pelvienne ?  

Les maladies féminines comme celles-ci sont difficilement diagnostiquées et laisse souvent  place à l’errance médicale, dont les femmes sont victimes depuis trop longtemps.

L’influence hormonale est une des raisons de l’apparition de cette pathologie chez les femmes, les plus souvent concernées sont celles en âge d’être menstruées et celles qui ont déjà eu des grossesses.  

Ce syndrome se caractérise comme une accumulation de sang dans les veines de la partie basse du torse au pelvis.  

Les veines ovariennes ou bien pelviennes pleines de sangs s’élargissent et provoquent des douleurs intenses (On appelle cela des varices pelviennes). Le sang stagnant entraine une pression et peut également causer des varices autour de la vulve, du vagin, de l’intérieur de  la cuisse, parfois même de la fesse et de la jambe.  

Les douleurs sont chroniques et durent généralement plus de six mois, voire plusieurs années. 

Cette pathologie peut être asymptomatique, car il existe deux types de varices pelviennes :  

  • Les premières sont celles qui ne provoquent pas de douleurs et qui ne nécessitent pas de traitement.  
  • Les secondes provoquent des douleurs chroniques et se manifestent plus souvent chez les femmes après la seconde grossesse.  

Quels sont les symptômes ?  

Les douleurs apparaissent le plus souvent en particulier pendant et après les rapports sexuels et en période de règles. Elles sont souvent aiguës et se localisent dans le bas du ventre, les lombaires, les jambes.  

Elles peuvent être accompagnées de saignements menstruels anormaux et plus rarement  d’un écoulement vaginal clair ou foncé. De plus, il est parfois question de troubles urinaires, de météorisme abdominal, de maux de tête, de fatigue et de sautes d’humeurs.  

Sur l’échelle de souffrance, plusieurs femmes disent en arriver jusqu’au point de ne plus pouvoir poser un pied par terre. 

Les douleurs peuvent s’intensifier en fin de journée selon la position empruntée, en restant trop longtemps assis ou debout de manière prolongée. Pour se soulager, il faut adopter une position couchée. Selon certaines femmes, elles s’apparentent à des contractions interrompues, irradiant jusqu’au dos et aux cuisses.  

Varices pelviennes : le diagnostic est difficile  

Tout comme pour l’endométriose, beaucoup de femmes qui souffrent de cette maladie sont victimes d’errance médicale.  

Plusieurs facteurs rendent son diagnostic délicat :  

  • Elle est considérée comme une pathologie méconnue, les médecins ne sont pas forcément bien sensibilisés et formés.  
  • Elle relève de deux domaines différents, l’angiologie (relatif aux vaisseaux sanguins)  et de la gynécologie
  • Les symptômes de ce syndrome peuvent être confondus avec une cause  compressive d’un nerf, de l’endométriose, une infection chronique ou encore une adénomyose, car présentent toutes des symptômes très similaires, ce qui rend le diagnostic un peu plus délicat.  

Est-il possible de soigner le syndrome de congestion pelvienne ?  

Contrairement à l’endométriose pour laquelle il n’existe pas de traitement définitif pour le  moment, les médecins ont réussi à trouver une solution à 80 % efficace : l’embolisation des varices pelviennes.  

Pour soigner le syndrome de la congestion pelvienne, le seul traitement est l’embolisation, une technique qui consiste à injecter une mousse de produit sclérosant dans les veines  impliquées.  

Cette intervention se déroule sous anesthésie locale.  

Cependant, ce n’est pas si simple, car cette pathologie méconnue rend le diagnostic difficile,  conséquence beaucoup de femmes ayant cette pathologie sont victimes d’errance médicale.  Il arrive aussi que certaines femmes aient des récidives de la maladie et que d’autres ne peuvent pas se permettre de réaliser l’intervention chirurgicale pour des raisons médicales ou personnelles.  

Quelle solutions naturelles pour se soulager ?  

Dans ce cas, il est possible d’avoir recours à des solutions naturelles pour soulager les  douleurs et les autres symptômes liés aux varices pelviennes comme l’hydrothérapie, l’homéopathie, les huiles essentielles et les compléments alimentaires…

Il est possible de faire appel à certains thérapeutes spécialistes en santé de la femme dans  différents domaines comme : les ostéopathes, les naturopathes, les hypnothérapeutes, les  psychologues, les sexologues, les kinésithérapeutes, les réflexologues, les sophrologues... 

Certains symptômes peuvent être soulagés grâce à ces solutions naturelles comme :  

  • Les dyspareunies : Le but est d’apaiser les douleurs avant ou après les rapports sexuels en utilisant du gel intime ou des probiotiques vaginaux pour hydrater et  rééquilibrer la flore vaginale.  
  • Les troubles urinaires : Le systèmes d’électro-stimulation (URO STIM 2) pour  rééduquer le nerf tibial relié à la vessie. Il peut être prescrit par votre spécialiste de  santé. Pour soulager les crises de douleurs une bouillotte sur le bas du ventre peut  aider à calmer les brulures.  
  • Les fatigues chroniques : Les compléments alimentaires à base d’aliments énergisants s’avèrent très efficaces comme les baies de goji, le cacao cru, la poudre  de Maca, la spiruline, le ginseng, l’acérola… Le chanvre pour aider à  l’endormissement, les huiles essentielles pour un sommeil profond.  
  • Les douleurs de règles : Elles peuvent être soulagées par une bouillotte, le baume au CBD qui soulage les douleurs grâce à ses propriétés anti-inflammatoires. Vous  pouvez aussi vous tourner vers des infusions à bases de plantes, recommandées  pour favoriser l’équilibre hormonale et apaiser les contractions utérines ainsi que les  huiles essentielles. 

 

Sources : 

Chirurgie-arterielle-nancy.fr

https://www.deuxiemeavis.fr/pathologie/syndrome-de-congestion-pelvienne

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/problèmes-de-santé-de-la-femme/troubles-menstruels-et-anomalies-du-saignement-vaginal/syndrome-de-congestion-pelvienne


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés