Endométriose et Symptothermie

De plus en plus de personnes sont à la recherche d'une contraception sans hormones, sans pour autant savoir comment la trouver.

Il existe une méthode qui commence à se faire connaître de plus en plus et qui surtout est fiable : la symptothermie. Il s'agit d'une méthode d'observation du cycle qui permet d'apprendre à repérer ses signaux physiologiques de fertilité.

La symptothermie une méthode de contraception naturelle, mais pas seulement

symptothermie contraception pilule endométriose


Une fois que l'on découvre cette méthode on se dit "Mais pourquoi on ne nous apprend pas ça à l'école ?" tellement elle est naturelle à utiliser tout au long du cycle.

La symptothermie est classée par l'OMS avec un taux d'efficacité réelle de 98 % en contraception lorsque l'on se forme sérieusement. C'est un peu comme apprendre à conduire, ça nécessite un temps d'apprentissage puis une fois passé on est autonome pour toute la vie, sauf qu'ici on parle de notre fertilité.


Rappel sur les méthodes de contraception naturelle

Avant d'expliquer un peu plus comment fonctionne la symptothermie il est important de rappeler les différentes méthodes naturelles avec lesquelles il ne faut pas confondre la symptothermie :

La méthode Ogino (ou méthode du calendrier), méthode des températures, méthode des deux jours...
Ces méthodes ont des fiabilités variant de 80 à 88 %, car elles sont à base de statistiques ou d'un seul indice de fertilité.



Fonctionnement de la symptothermie

En symptothermie on observe deux indices de fertilité, ce qui permet une double vérification des observations. Les femmes sont fertiles 6 jours par cycle et pour une personne avec un cycle relativement régulier les observations seront à faire pendant 9 à 15 jours maximum au cours de son cycle. Le reste du temps, il n'y a rien à faire puisque l'ovulation est validée et la femme devient alors totalement infertile.

Les différents indices de fertilité à observer pendant la phase fertile sont :
- la température basale (à prendre au réveil)
- la glaire cervicale (plus familièrement appelée "pertes blanches") elle change de texture au cours du cycle et à l'approche de l'ovulation
- le ressenti interne (lubrification naturelle à l'entrée du vagin)
- le col de l'utérus (indice facultatif, il se modifie au cours du cycle)

Ça peu paraître un peu compliqué au départ, une fois qu'on a compris comment ça marche et comment lire notre corps ça devient beaucoup plus naturel au niveau des observations.

Focus symptothermie & endomériose

De plus en plus de femmes ne souhaitent plus prendre la pilule contraceptive, que les gynécologues prescrivent en traitement de première intention pour l'endométriose.

Par soucis d'effets secondaires handicapants ou peur des conséquences sur le long terme, quel que soit leur choix, il est clair que si elles ne prennent plus la pilule, peu d'autres moyens de contraception s'offrent à elle. En effet, le stérilet est généralement proscrit, soit pour sa nature inflammatoire, soit tout simplement parce que l'utérus est déjà assez douloureux pour y introduire l'appareil.

La symptothermie est donc une option de choix dans ces cas-là pour ces femmes. Particulièrement si elles ne souhaitent plus prendre les autres traitements car elles ne veulent plus être sous hormones chimiques.

En complément, il est bien sûr recommandé de suivre une vraie prise en charge pluridisciplinaire de l'endométriose, via la nutrition, l'hygiène de vie, la mobilité du corps, et la gestion des émotions.


La symptothermie, plus qu'une simple contraception

La méthode symptothermique est bien plus qu'une contraception puisqu’en apprenant à observer notre fertilité, elle est totalement réversible et peut être utilisée en conception ou seulement en observation pour comprendre son cycle.

Les personnes et les couples qui l'utilisent deviennent alors totalement autonomes dans leur fertilité et comprennent bien mieux le cycle de la femme et toutes ses variations.


Débuter la symptothermie

Il y a trois critères indispensables :
1- Ne pas être sous contraceptif hormonal
2- Avoir un thermomètre basal (à deux décimales bien plus précis que les thermomètres de famille)
3- Choisir comment noter ses observations : sur une application (ex : Moonly) ou sur papier


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés