Les douleurs vulvaires (vulvodynie, vaginisme, dyspareunies...)

Les douleurs vulvaires (vulvodynie, vaginisme, dyspareunies...)

 Les douleurs vulvaires, c’est quoi ? 

Les douleurs vulvaires désignent un ensemble de sensations désagréables qu’on peut ressentir au niveau de sa vulve : démangeaisons, brûlures, fourmillement, décharges électriques, etc. Derrière ces douleurs, différentes pathologies ! Certaines douleurs ont une cause infectieuse (mycose, cystite, etc.) ; d’autres, une cause dermatologique (eczéma, psoriasis, etc.). Et, d’autres encore, sont plus énigmatiques puisqu’on ne voit rien sur la vulve à l’examen…


La vulvodynie :

C’est un syndrome de douleur vulvaire chronique. Le plus souvent, il n'y a pas de manifestation physique, c’est-à-dire que l'apparence de la vulve est normale. La douleur peut être spontanée ou provoquée (par un contact, une stimulation, un rapport sexuel). Les causes ne sont pas précisément identifiées.  

La vulvodynie peut être localisée

  • à l’entrée du vagin (vestibule), on parle de vestibulodynie 
  • au niveau du clitoris, on parle de clitorydinie 

Le vaginisme : 

Il s’agit d’une difficulté (vaginisme partiel) ou d’une impossibilité (vaginisme total) de pénétration. Elle peut être primaire (depuis le début de la sexualité) ou secondaire (arrivée après le début des rapports sexuels). Le vaginisme est la conséquence d'une hypertonie du périnée, c’est-à-dire une contraction involontaire et excessive du périnée qui empêche la pénétration sans douleur. 


Les dyspareunies :

Ce sont des douleurs ressenties lors de la pénétration. Il existe 3 types de dyspareunies : les dyspareunies d’intromission (douleur lors de l’entrée), les dyspareunies de présence (douleur à l’intérieur du vagin), et les dyspareunies profondes (douleur en profondeur dans le vagin). Aucune de ces douleurs n’est normale et, si elles sont aujourd’hui mieux connues, elles ne sont pas toujours bien traitées…

 

Quels points communs entre l’endométriose et les douleurs vulvaires ? 

douleurs vulvaires vulvodynie dyspareunies vaginisme

Des pathologies mal connues

Ces deux pathologies touchent exclusivement les personnes à vulve/à utérus, et souffrent d’un cruel manque de recherche, de connaissance, de consensus, de prise en charge efficace et les patient·es se heurtent à une très longue errance thérapeutique ! 

Oui… ça fait beaucoup. Surtout lorsqu’on sait que les douleurs vulvaires peuvent s’ajouter à la longue liste des symptômes de l’endométriose. En effet, les douleurs vulvaires peuvent être liées à l’endométriose qui est une pathologie occasionnant le développement de douleurs chroniques.

 Alors, nous avons décidé de lutter contre le silence en levant le voile sur ces douleurs méconnues et en te parlant des solutions qui existent pour aller mieux ! 

Comment l’endométriose peut occasionner des douleurs vulvaires ? 

L’endométriose est caractérisée par un large éventail de symptômes — et les douleurs vulvaires peuvent en faire partie ! 

  • Nodules d’endométriose sur la vulve : 

Les tissus d’endomètre peuvent migrer et former des kystes au niveau de la vulve. C’est rare, mais ça peut arriver ! Ces nodules d’endométriose sont douloureux — à l’instar des autres lésions qui se créent à cause de l’endométriose.

  • Douleurs neuropathiques : 

Les adhérences de l’endométriose peuvent se localiser sur des nerfs du périnée et perturber la transmission des messages nerveux. Cela peut aboutir à la transmission d’un message nerveux douloureux, sans stimuli douloureux précis.

  • Hypersensibilisation de la vulve : 

La douleur ressentie à répétition peut affecter les chemins nerveux et aboutir à une hyperalgésie, c'est-à-dire une sensibilité accrue aux stimulations douloureuse. En gros, on ressent de la douleur, et on la ressent plus fort — voire, de plus en plus fort ! La moindre stimulation de la vulve peut alors devenir désagréable. 

  • Contraction du périnée :

Les différentes douleurs vulvaires, mais aussi les douleurs du bas ventre et les troubles du transit, peuvent entraîner de la tension au niveau de la zone du périnée. Cette hypertonicité peut être à l’origine de douleurs lors de la pénétration, de vaginisme et même de douleurs vulvaires spontanées. Cela peut aussi sensibiliser les muqueuses.


Que faire en cas de douleurs vulvaires ? 

  • Consulter un·e gynécologue ou un·e sage femme ou un·e dermatologue, spécialiste des douleurs vulvaires : 

Afin d’éliminer toute autre explication de tes douleurs vulvaires, il faut consulter ton·ta gynécologue ou sage-femme. Il·elle pourra effectuer ou te prescrire des prélèvements (si nécessaire) et s’assurer de l’absence de manifestation cutanée, ou de modifications de l’aspect de la vulve. Un·e dermatologue peut participer au diagnostic de vulvodynie et exclure d’éventuelles pathologies de la peau comme le psoriasis vulvaire, l’eczéma ou le lichen scléreux. 


Aussi, certains traitements médicamenteux peuvent t’aider à soulager tes douleurs et doivent être prescrits par des médecins : crème/gel anesthésiant, antidépresseurs tricycliques ou antiépileptiques (ils agissent sur la douleur lorsqu’ils sont prescrits à des doses bien définies).

  • Commencer un suivi kiné : 

La thérapie physique est un des axes du protocole de soin. Elle est basée sur la rééducation pelvi-périnéale de relâchement. L'idée est de relâcher les tensions du périnée pour soulager les douleurs. Tu pourras aussi effectuer des auto-massages vulvaires externes et internes, avec un·e soignant·e ou en autonomie, pour retrouver plus de confort et de meilleures sensations. 

  • Commencer un suivi psychologique : 

Les douleurs vulvaires peuvent être à la fois la cause et la conséquence de troubles anxio-dépressifs, ou de violences. Tu peux donc, si tu le souhaites, avoir recours à un soutien psychologique, en consultant un·e psy- ou sexo-logue. 


Vulvae peut aussi t’accompagner :

VULVAE douleurs vulvaires

  • Rejoins le programme d’accompagnement thérapeutique Gère ta douleur 

Ce progamme élaboré avec des expertes des douleurs vulvaires (sage-femme, kinésithérapeute, sophrologue, sexolothérapeute et psycho-praticienne). En 3 mois, il te permet de devenir pleinement actrice de ton parcours de soin.


Le programme Gère ta douleur de Vulvae peut t'aider sur plusieurs axes liés à la douleur vulvaire et pelvi-périnéale, en agissant en toute autonomie sur : 

  • Ta perception et ta gestion de la douleur : grâce à des exercices de méditation, de respiration ou encore de découverte de soi, mais aussi grâce à l'ensemble de nos exercices de détente périnéale, notre programme peut agir directement sur la manière dont tu vis la douleur au quotidien.
  • Tes douleurs sexuelles : des exercices de kinésithérapie avec des dilatateurs, ou encore des tutoriels d'auto-massages sont des traitements reconnus de douleurs vulvaires, comme la vulvodynie et le vaginisme.

100% numérique, tu peux t’inscrire et démarrer quand tu veux, juste ici : https://vulvae.podia.com/view/courses/geretadouleur 


Tu peux bénéficier de 15% de réduction à l’inscription, avec le code
 LELABDELENDO 



Enfin, l’endométriose n’est pas forcément associée à des douleurs vulvaires — et c’est tant mieux ! Mais si tu y es confrontée, tu es désormais un peu plus informé·e sur les solutions. Pour aller plus loin n’hésite pas à consulter le contenu de Vulvae sur notre site web , notre blog et notre instagram : @hellovulvae


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.