Les perturbateurs endocriniens

Par Marine Evrard,
Sophrologue spécialisée dans la micronutrition & le bien-être féminin
Site de Marine

Une des théories sur les causes de l'endométriose est environnementale. Nous pourrions selon certaines études, développer des maladies comme l'endométriose, à cause de particules nocives présentes dans notre environnement au quotidien. Ces particules nocives que l'on appelle les perturbateurs endocriniens pourraient causer des dérèglements dans notre corps jusqu'à l'apparition de maladies hormonales.

La découverte des perturbateurs endocriniens et leur mode de fonctionnement

perturbateurs-endocriniens-endométriose

Apparus massivement il y a environ 40 ans, les perturbateurs endocriniens font pleinement partis de notre quotidien : dans notre cuisine, salle de bain, chambre, dans l’alimentation, dans l’atmosphère

Etudiés depuis peu, les scientifiques exposent désormais clairement leurs effets nocifs sur notre santé, notamment sur notre sytème hormonal.
A travers cette série d’articles, je vous expliquerai comment ils interviennent dans notre vie et vous proposerai des solutions concrètes pour s’en protéger.

Mais tout d’abord, qu’est ce qu’un perturbateur endocrinien ?

L’OMS (organisation mondiale de la santé) les définie comme « une substance exogène (extérieure au corps) ou un mélange qui altère la/les fonctions du système endocrinien et, par voie de conséquence, cause un effet délétère sur la santé d’un individu, sa descendance ou des sous populations ».

Deux personnes sont à l’origine de la découverte : Rachel Carson et Theo Colborn.
Nous sommes en 1960, aux Etats-Unis. Les aigles à tête blanche sont en voie de disparition. La biologiste Rachel Carson mène alors ses recherches et constate que les poissons des grands lacs Nord Américains (la nourriture de ces aigles) contiennent du DDT (désormais interdit aux état-unis) , un insecticide organochloré, qui passe des terres agricoles vers les cours d’eau pour terminer dans ces grands lacs.
Ces aigles à tête blanche l’abordent par l’intermédiaire de ces poissons et le stocke !

Le résultat est que ces oiseaux se reproduisent moins et produisent des coquilles d’oeuf trop fragiles, trop fines : celles-ci se cassent sous le poids de la mère pendant la couvaison.

20 ans plus tard,Theo Colborn identifia que plusieurs produits chimiques interfèrent avec le fonctionnement hormonal. Pas seulement celui des animaux mais aussi celui de l’Homme.

Les recherchent s’accélèrent et les scientifiques internationaux s’alternent. En 1991, la conférence de Wingspeard est organisée : l’expression perturbateurs endocriniens (endocrine disruptor) est créée.

Aujourd’hui, les risques sur la santé humaine sont clairement évoqués: homme, femme, enfant et foetus. Ils sont présents dans notre organisme !


Comment entrent-ils dans notre organisme ?

produits-perturbateurs-endocriniens-endométriose

De quatre façons :

  • Par les muqueuses de la langue et de la bouche qui, très vascularisées, permettent un accès direct à la circulation sanguine
  • Par le nez : vapeurs ou émanation de substances comme des parfums d’intérieur, des bougies, du vernis …
  • Par la peau, notamment les gels douche, les crèmes …
  • Le cordon ombilical qui alimente le foetus

Pourquoi ces polluants nous inquiètent ?

Zoom sur notre système hormonal.

Imaginons notre système hormonal comme un aéroport.
Notre axe hypothalamo-hypophysaire (glandes situées dans notre cerveau) représente la tour de contrôle de cet aéroport.
Nos hormones, produites par des glandes ou tissus endocriniens sont sous le contrôle de cet axe, cette fameuse tour de contrôle : elles sont les messagers de l’aéroport. Ce sytème décrit permet à nos organes de travailler ensemble, où chacun respecte son rôle (comme les structures présentes dans un aéroport).
Une fois sécrétée par la glande ou le tissu endocrinien, l’hormone va rejoindre le tarmac de l’aéroport (la circulation du sang), seule ou grâce à une navette (une protéine). Sa mission est claire : délivrer son message à une cellule du corps (l’avion).

Une fois arrivée à destination, l’hormone quitte le tarmac (la circulation sanguine) et va s’accrocher à un récepteur spécifique qui va lui ouvrir la porte de l’avion: la cellule - elle va alors délivrer un message au pilote (les instructions de décollage) , modifier son fonctionnement et déclencher une réaction spécifique.

Le soucis des perturbateurs endocriniens est le suivant : la structure chimique de ces molécules trompe notre organisme, donc l’aéroport :

  • Elles envoient au pilote des informations non souhaitables, en se fixant sur les mêmes récepteurs
  • Elles en bloquent même certains récepteurs: les hormones ne peuvent pas aller transmettre le message au pilote !
  • Elles perturbent le travail de certaines protéines, en charge de réguler le taux d’hormones transportées dans le sang

En gros, les perturbateurs endocriniens brouillent la bonne communication !

Même si les scientifiques se penchent de plus en plus sur le sujet, ces polluants restent présents en grande quantité dans notre environnement.
A bientôt pour la suite de ce dossier : où trouver ces perturbateurs endocriniens ?


Source :
Institut SIIN
« Perturbateurs endocriniens, une bombe à retardement pour nos enfants »
https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-microbiologiques-physiques-et-chimiques/article/perturbateurs-endocriniens


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés