Endométriose et Ostéopathie : Thérapie nécessaire ?

L'Ostéopathie va redonner du mouvement en profondeur aux organes touchés par les tissus atteints par l'endométriose. Elle repose sur l’utilisation du contact manuel pour le diagnostic et le traitement. Elle analyse les relations entre le corps, l’esprit, la raison, la santé et la maladie. Les ostéopathes travaillent via une approche Holistique de leurs patients car ils considèrent que l’être humain constitue une unité fonctionnelle dynamique, dans laquelle toutes les parties sont reliées entre elles.
----------------------

L'ostéopathie gynécologique, traitement naturel de l'endométriose

ostéopathie et endométriose

L'ostéopathie bénéfique dans la prise en charge pluridisciplinaire de l'endométriose

Le cycle féminin est un fragile équilibre entre le système nerveux autonome d’une part, le système hormonal d’autre part, et enfin le psychisme.
Le traitement allopathique proposé pour les troubles fonctionnels gynécologiques est souvent démesuré et rarement dénué d’effets secondaires. C’est aussi le cas pour l’endométriose, car il n’existe pas de traitement définitif. Toutefois pour les formes les plus graves, c’est l’opération chirurgicale (et bien souvent LES opérations) qui est préconisée. Les médicaments ne traitent souvent que les symptômes et non la cause. Cela a pour effet d’entrainer les femmes dans un parcours de soin et thérapies de plus en plus lourdes.

L’ostéopathie, par la recherche de l’origine du trouble, s’avère être une aide précieuse pour ces femmes souffrant de déséquilibres invalidants. Dans le cas de l’endométriose, si nous connaissons le diagnostic, la symptomatologie, est pourtant propre à chaque femme :  « Il y a autant d’endométriose qu’il y a de femmes ». Alors, le rôle de l’ostéopathe, n’est pas de « guérir » l’endométriose, mais d’accompagner ces femmes qui en souffrent, dans les problématiques et symptômes qu’elles rencontrent, pour les aider à trouver un équilibre au quotidien.

L’ostéopathe s’applique à traiter le corps de façon holistique, la connaissance de l’anatomie et de la physiologie du cycle est essentielle. « L’ostéopathe doit se souvenir que sa première leçon  est l’anatomie et l’ensemble de ses leçons est l’anatomie » A.T . Still.

Le système hormonal

Quand on considère la zone gynécologique, la régulation neurovégétative (le système nerveux involontaire) et hormonale gouverne toutes les différentes fonctions.
Le centre supérieur (Hypothalamo-hypophysaire « HH ») fabrique les hormones gonadotrophines LH et FSH. Ces hormones provoqueront la réponse local en sécrétion d’Oestradiol (Oe) et de Progestérone (P) par les ovaires.

OSTEOPATHIE ET ENDOMETRIOSE

Source : Académie de Dijon

La vasomotricité (c’est le fait que les vaisseaux sanguins se dilatent ou se rétrécissent) régi par le système nerveux autonome orthosympathique, permet l’apport sanguin artériel nutritif et le transport des messages hormonaux vers les ovaires et permet, par le retour veineux, un rétro contrôle à l’HH qui adaptera sa réponse à la quantité d’hormones circulantes.

Le système parasympathique, quant à lui, aura un effet direct sur les fibres musculaires lisses de l’utérus.

Comment l'ostéopathie peut aider à traiter l'endométriose ?

OSTEOPATHIE ET ENDOMETRIOSE

Comment se passe une séance d'ostéopathe ?

Lors de la consultation avec l’ostéopathe, il sera donc primordial qu’il recherche et traite des dystonies neurovégétatives, c’est à dire des signes qu’il y a un déséquilibre entre le système nerveux sympathique et parasympathique. Ce déséquilibre se traduira par des signes locaux et généraux (augmentation du rythme cardiaque et des fonctions métaboliques, augmentation ou baisse des sécrétions, transit rapide ou non, transpiration, douleurs spasmodiques…). On utilisera alors les principes de stimulation ou d’inhibition des systèmes orthographiques et parasympathiques.

Intervient, aussi bien sur, une approche sur la zone pelvienne et digestive, pour agir localement en fonction de la symptomatologie : règles douloureuses, troubles digestifs, troubles urinaires, infertilité…
Il faudra vérifier la mobilité (« toute restriction de mobilité entraine une perte de fonction ») sur le squelette et les articulations (sacro iliaque, sacrum, coccyx, lombaires) et sur les organes et annexes (utérus, trompes, ovaires et les ligaments au niveau gynécologique et l’estomac, le foie, le colon… sur la sphère digestive).
Ces dysfonctions peuvent survenir et s’installer suite à des anomalies « mécaniques » de type chocs, chutes (même anciennes) et problèmes posturaux, ou suite à des infections, et des séquelles chirurgicales (entraînant des adhérences, brides).

Les bienfaits sur l'endométriose et l'adénomyose

Lorsqu’il y a des lésions d’endométriose et d’adénomyose cela créer de l’inflammation (une altération des tissus et douleur), car lors de chacun des cycles menstruels, les cellules réagissent à l’influence des modifications hormonales. Les manipulations viscérales permettent également d’avoir une action primordiale sur la vascularisation des organes.

Un autre facteur primordial sera à considérer : LE STRESS qui a une influence énorme sur le système hormonal et neurovégétatif.
Enfin, le lien entre psychisme et fonction gynécologique fera intégralement partie de l’approche : Travailler les tissus pour libérer la tête (et vice versa).

L’ostéopathie peut donc aider à agir sur les causes et les symptômes dans le même temps, via une approche holistique du corps humain, en s’intéressant aux maux décrits par la patiente autant qu’à ceux décelables par analyse de son anatomie.


Références :
- Guide pratique d’Ostéopathie en gynécologie, par Claudine Ageron Marque
- Philosophie de l’ostéopathie, par A T Still
- Reveillez vous femmes divines, par V de la Coquetière
- Femmes désirées, femmes désirantes, par le Dr Danièle Flaumenbaum
- Podcast : Parlons d’endo
- Traitement ostéopathique de la dystonie neurovégétative et du stress chronique par Emmanuelle DAHAN-ZEITOUN


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés