Que faire en cas de règles douloureuses ?

Crampes dans le bas ventre, poitrine sensible, fringales, rétention d’eau… 

astuces règles douloureuses

Est-ce vraiment une fatalité de souffrir pendant ses règles ?

Souvent considérées comme normales car habituelles, les règles douloureuses (qu’elles soient liées ou non à l’endométriose) sont en réalité un cri du corps pour vous faire prendre conscience d’un déséquilibre.

L’équilibre hormonal est un signe de santé. Quand on est en bonne santé, les règles doivent être régulières, sans symptômes.

On vous propose un tour d’horizon pour mieux comprendre les causes des douleurs de règles et des conseils à la fois simples et naturels pour une meilleure santé menstruelle.

Règles douloureuses : ce qui est normal et ce qui ne l’est pas

Le cycle menstruel est un ballet incessant de fluctuations hormonales et chaque dominance hormonale a son lot d’incidences.

Lors des règles, le corps produit naturellement des hormones appelées prostaglandines qui vont aider l’utérus à se contracter pour se débarrasser de sa muqueuse. S’il est normal de constater que cette zone “travaille”, des règles trop douloureuses qui vous empêchent de mener à bien vos activités ou provoquent des vomissements doivent vous alerter et vous pousser à consulter un médecin pour diagnostiquer une éventuelle endométriose.

Ce diagnostic doit être fait par un professionnel de santé comme un gynécologue par exemple.

Un excès de prostaglandines, lié à un état inflammatoire, peut provoquer des contractions trop fréquentes qui vont à force priver le muscle utérin d’oxygène et accentuer le phénomène de règles douloureuses.

L’inflammation en excès impacte aussi l’équilibre hormonal en brouillant la communication entre cerveau et ovaires, en réduisant la production ou la sensibilité à la progestérone ou en accentuant la sensibilité aux œstrogènes.

En deuxième partie de cycle, à mesure que la progestérone augmente, elle produit un effet relaxant sur le corps et le mental. Ainsi, il est physiologique de ressentir une légère constipation la semaine avant vos règles car le tissu musculaire de la paroi intestinale va perdre en élasticité. Attention cependant, cette constipation ne doit pas s’installer plus de 3 jours ou hors de cette période.

L’action relaxante de la progestérone va aussi impacter votre énergie. Il est donc normal que vous vous sentiez plus fatiguée avant vos règles. En revanche, les troubles de l’humeur que l’on appelle syndrome pré-menstruel ne doivent pas être pris comme une fatalité. Ils sont soit liés à une fatigue non écoutée, où l’on force le corps à adopter un rythme soutenu alors qu’il manque d’énergie, soit à une hyperoestrogénie, une dominance d’oestrogènes.

Règles douloureuses et hygiène de vie : les grands principes

règles douloureuses endométriose

Pour soulager les douleurs de règles chroniques, qu’elles soient liées à une endométriose, un SOPK ou au mode de vie, il s’agit dans un premier temps de comprendre d’où peut venir l’hyperoestrogénie.

L’environnement

Perturbateurs endocriniens et pollution bouleversent notre équilibre hormonal, il est donc important de surveiller les produits du quotidien comme les cosmétiques ou les produits d’entretien et de choisir l’option la plus clean possible. Si le foie est surchargé, fatigué avec des composés chimiques, etc…, alors le mécanisme d’élimination des hormones se fera mal et au ralenti, ce qui participera à un excès d’œstrogènes.

L’excès d’œstrogènes n’est jamais bon puisqu’il contribue non seulement à l’abondance des règles, aux douleurs menstruelles, mais aussi à l’endométriose, aux fibromes, au syndrome prémenstruel…

L’alimentation

Certains aliments comme le soja ou les produits laitiers ont un impact hormonal très fort que le corps n’arrive pas toujours à juguler. 

Une fatigue organique liée à un mode de vie inadapté

Une alimentation qui ne vous convient pas ou un mode de vie stressant peuvent avoir des répercussions sur le système hormonal.

On veille aussi à réduire les comportements stressants en adaptant ses activités à son cycle. Nous n’avons pas la même énergie après nos règles que juste avant et pendant. Forcer le corps à puiser dans une énergie qu’il ne possède pas aura des effets délétères sur le plan nerveux et hormonal. On remarque qu’en se ménageant pendant les phases de faible énergie, on vit beaucoup mieux les symptômes et les douleurs autour des règles.

Astuces naturelles pour un cycle menstruel sain et sans douleur

Pour rétablir des règles harmonieuses, on réduit les excès en fin de cycle pour favoriser la détox hormonale et on mise sur des menus équilibrés que l’on booste avec des nutriments clés.

Fruits et légumes

On fait donc la part belle aux fruits et légumes qui sont des mines de vitamines et minéraux essentiels pour nous aider à lutter contre la fatigue.

Oméga 3

On n’oublie pas d’y ajouter régulièrement des anti-inflammatoires comme les oméga-3 [1] présents dans les poissons gras et l’huile de noix, mais aussi du magnésium que l’on trouve dans les légumes verts et les céréales complètes et du zinc en grande quantité dans les coquillages. Ils agissent à la fois en prévention et en soutien des douleurs en prévenant l’excès de prostaglandines et en en limitant l’impact [2].
Découvrez notre cure d'oméga 3.

Magnésium

Par son effet décontractant sur les fibres musculaires, le magnésium permet de détendre l’utérus et de réduire le phénomène de crampes [3]. Il joue également un rôle vital dans la santé hormonale, et permet de faire croître nos hormones progestérone, œstrogène et testostérone. Il régule aussi le cortisol, l’hormone du stress.
Découvrez notre cure de magnésium.

Zinc

Il a d’ailleurs été prouvé que l’endométriose était souvent associée à une carence en zinc car il est capable de moduler la réponse inflammatoire [4]. De nombreux facteurs appauvrissent l’organisme en zinc : stress, pollution, consommation excessive de caféine et d’alcool, forte transpiration, contraceptifs oraux.

Des études ont montré un lien entre la prise de supplément de zinc et la diminution des symptômes de la dysménorrhée (crampes abdominales, spasmes, douleurs à l’estomac, maux de tête, anxiété, faiblesses, douleurs musculaires.). Les niveaux de zinc baissent significativement durant la phase lutéale chez les femmes souffrant de dysménorrhée [5][6].

Le zinc permettrait notamment de réduire l’inflammation et de permettre une meilleure oxygénation de l’utérus [7], et ainsi de réduire les effets de prostaglandines [8] et donc de réduire l’intensité et la durée des douleurs de règles [9]. Des études ont montré que son action pouvait renforcer l’action des anti inflammatoires [10], voir même diminuer leur prise [11].

Il réduirait également l’intensité des saignements.

Curcuma

Enfin, on assaisonne malin. Le curcuma est une épice qui permet de réduire la quantité de prostaglandines. On l’utilise en cas de règles douloureuses mais aussi lors de flux trop abondants [12]

Ortie

Pendant ses règles, il est intéressant de saupoudrer ses plats avec de l’ortie, très riche en minéraux pour compenser les saignements. C’est la plante amie de la femme !

Pour soulager ces troubles menstruels, il est également possible d’avoir recours à des médicaments, mais à terme leur impact n’est pas anodin et peut fatiguer votre foie.

Welcome Periods de JOLLY MAMA

Ce sont des produits 100% naturels et certifiés bio.
Ils sont garantis sans pesticides, sans métaux lourds, sans OGM, sans produits ionisés, sans nanomatériaux et sans allergènes.

Une formulation unique et efficace

Extrait de safran bio

30 mg d'extrait de stigmates de safran bio

Effet sur l'humeur et le confort durant le cycle menstruel dans des études cliniques

Gingembre bio

500 mg d’extrait

Plusieurs études sur des femmes souffrant de règles douloureuses a prouvé l’efficacité du gingembre sur l’intensité et la durée des crampes de par son action naturellement anti-inflammatoire

Mélisse bio

400 mg d'extrait, titré en acide rosmarinique, un puissant antioxydant

La mélisse favorise la relaxation optimale et contribue à diminuer la tension et l’irritabilité 

Fenouil bio

120 mg d’extrait

Aide à maintenir un bon confort pendant les règles. Ces effets sur la douleur et les saignements ont été mis en évidence dans de nombreuses études. 

Ortie bio

1000 mg d'extrait d'ortie bio

L’ortie est traditionnellement utilisée pour son pouvoir reminéralisant durant les règles.

 

Attention à ne pas vous auto-complémenter ou à utiliser des huiles essentielles sans un conseil de médecin, pharmacien ou naturopathe formé à l’aromathérapie.

Il est également préférable de faire appel à un naturopathe pour se faire accompagner et proposer un accompagnement sur mesure.

Ces conseils ne se substituent pas à l’avis d’un médecin ou à un traitement médical en cours.

 


[1] Rahbar, N., Asgharzadeh, N., & Ghorbani, R. (2012). Effect of omega-3 fatty acids on intensity of primary dysmenorrhea. International Journal of Gynecology & Obstetrics, 117(1), 45–47.

[2] Therapeutic Uses of Magnesium MARY P. Guerrera MD, University of Connecticut School of Medicine, Farmington, Connecticut STELLA LUCIA VOLPE, PhD, University of Pennsylvania School of Nursing, Philadelphia, Pennsylvania JUN JAMES MAO, MD, University of Pennsylvania School of Medicine, Philadelphia, Pennsylvania

[3] Bonaventura, P., Benedetti, G., Albarède, F., & Miossec, P. (2015). Zinc and its role in immunity and inflammation. Autoimmunity Reviews, 14(4), 277–285. doi:10.1016/j.autrev.2014.11.008

[4] Mier-Cabrera, J., Aburto-Soto, T., Burrola-Méndez, S., Jiménez-Zamudio, L., Tolentino, M. C., Casanueva, E., & Hernández-Guerrero, C. (2009). Women with endometriosis improved their peripheral antioxidant markers after the application of a high antioxidant diet. Reproductive Biology and Endocrinology, 7(1), 54

[5] Siahbazi S, Behboudi-Gandevani S, Moghaddam-Banaem L, Montazeri A. Effect of zinc sulfate supplementation on premenstrual syndrome and health-related quality of life: Clinical randomized controlled trial. Journal of Obstetrics and Gynaecology Research. 2017;43(5): 887–894. doi: 10.1111/jog.13299.

[6] Sangestani G, et al. The Positive Effects of Zinc Supplements on the Improvement of Primary Dysmenorrhea and Premenstrual Symptoms: A Double-blind, Randomized, Controlled Trial. Journal of Midwifery & Reproductive Health. 2015;3(3):378-384.

[7] Eby GA. Zinc treatment prevents dysmenorrhea. Medical hypotheses. 2007;69(2):297-301. doi: 10.1016/j.mehy.2006.12.009.

[8] Kelly RW, Abel MH. Copper and Zinc Inhibit the Metabolism of Prostaglandin by the Human Uterus. Biology of Reproduction. 1983;28(4):883–889. doi:10.1095/biolreprod28.4.883.

[9] Prasad AS. Zinc is an Antioxidant and Anti-Inflammatory Agent: Its Role in Human Health. Frontiers in Nutrition. 2014;1. doi:10.3389/fnut.2014.00014.

[10] Teimoori B, Ghasemi M, Hoseini ZSA, Razavi M. The Efficacy of Zinc Administration in the Treatment of Primary Dysmenorrhea. Oman Medical Journal. 2016;31(2):107-111. doi:10.5001/omj.2016.21.

[11] Sangestani G, et al. The Positive Effects of Zinc Supplements on the Improvement of Primary Dysmenorrhea and Premenstrual Symptoms: A Double-blind, Randomized, Controlled Trial. Journal of Midwifery & Reproductive Health. 2015;3(3):378-384.

[12] Samira Khayat, Hamed Fanaei, Masoomeh Kheirkhah, Zahra Behboodi Moghadam, Amir Kasaeian, Mani Javadimehr, Curcumin attenuates severity of premenstrual syndrome symptoms: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial, 2015 Jun;23(3):318-24.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés