Troubles urinaires : la cystite interstitielle liée à l’endométriose 

Ce trouble de la vessie (qui n'est pas une cystite classique !) fait partie des symptômes courants de l'endométriose, même si elle ne concerne pas la majorité des femmes.
Elle peut s'intensifier au moment des menstruations. On parle d'endométriose urétérale, d'atteinte urinaire, de lésions au niveau de l'urètre, ou encore de cystite interstitielle (appelée aussi Syndrome de la vessie douloureuse/hyperactive).

douleurs urinaires endometriose

Comment savoir si on souffre de cystite interstitielle dans le cadre de l'endométriose ?

Qu'est-ce que la cystite interstitielle ?

Tout d'abord, la cystite interstitielle n'est pas une cystite ! Ce n'est pas une infection urinaire.
On entend trop souvent l'amalgame, et ce n'est pas du tout la même chose. La cystite classique est temporaire, alors que la cystite interstitielle est permanente : ce n'est pas une bactérie qui peut partir en se soignant, mais bien un dérèglement de la vessie, qui peut avoir diverses causes : ici, l'endométriose.

Comment repérer le symptôme de cystite interstitielle (via la pollakiurie, la dysurie...) ?

Voici comment repérer ce trouble urinaire de l'endométriose :

- vous avez besoin d'uriner plus de 10 fois par jour (pollakiurie), et cela vous réveille également la nuit ;
- vous retenir vous provoque des sensations de brûlures au niveau pelvien et urinaire, mais sans infection urinaire ;
- vos mictions ne sont pas conséquentes mais vous avez avez la sensation d'avoir du mal à vider votre vessie (dysuries) ;
- vous retrouvez parfois du sang dans vos urines.

Pourquoi peut-on souffrir de vessie douloureuse et hyperactive quand on est atteinte d'endométriose ?

La cause peut être une endométriose urétérale : les uretères ont été infiltrés (canaux qui conduisent l’urine des reins, où elle est fabriquée, vers la vessie), généralement sous forme de nodules d'endométriose. Les lésions d'endométriose ont donc directement endommagé l'appareil urinaire.

Mais il existe des cas d'endométriose où l'appareil urinaire n'est pas directement endommagé. Il peut être endommagé de façon indirecte, par des lésions d'endométriose passant proche d'un nerf important pour cet appareil urinaire, qui va se retrouver irrité et ne plus agir correctement.

C'est pour cela qu'une femme sur laquelle on ne voit pas forcément d'endométriose urétérale, peut malgré tout souffrir de cystite interstitielle.

La chirurgie peut être envisagée dans le premier cas, avec une équipe pluridisciplinaire experte sur le sujet (urologue, chirurgien gynécologue) en ayant bien au préalable étudié la balance bénéfices/risques.
Car des femmes témoignent par la suite parfois de symptômes encore plus handicapants après qu'avant une opération chirurgicale.

Conseils pour soulager les douleurs urinaires d'endométriose

  • Un urologue peut vous faire passer un bilan urologique afin de déterminer exactement de quels troubles urinaires vous souffrez, et prendre les mesures nécessaires.
  • Un système d'électro-stimulation (URO STIM 2) peut vous aider à rééduquer le nerf tibial relié à la vessie. Cet appareil peut vous être prescrit par votre spécialiste de santé (gynécologue, urologue...).
  • Mettez un point d'honneur à vous hydrater et de manière qualitative. Les tisanes/thés qui sont diurétiques, ne remplacent pas l'eau pure.
  • Evitez tout ce qui est épicé ou acide, un naturopathe/nutritionniste peut vous aider à adopter un régime alimentaire pertinent.
  • Urinez systématiquement après un rapport sexuel pour nettoyer l'urètre et ne pas laisser les germes stagner, ce qui peut provoquer des dysfonctionnements urinaires.
  • Des compléments alimentaires peuvent être pris à base de cranberry notamment pour prévenir les infections.
  • Des séances de kiné peuvent vous aider à reprendre petit à petit le contrôle de votre vessie.
  • Lors des crises de douleurs, la douche chaude et la bouillotte sur le bas-ventre peuvent aider à calmer la sensation de brûlure.

 

D'autres articles qui pourraient vous intéresser : 
- Les troubles digestifs de l'endométriose ;
- Les douleurs de règles liées à l'endométriose ; 
- Les douleurs sexuelles de l'endométriose ; 
- La fatigue chronique et l'endométriose ; 
- Les douleurs neuropathiques de l'endométriose ; 
- L'infertilité et l'endométriose 

 

----------------------
Comme il y autant d'endométrioses que de femmes, ces listes peuvent ne pas être exhaustives, et nous sommes preneurs des retours de la communauté pour alimenter ces articles afin qu'ils soient représentatifs du plus de vécus possible. N'hésitez pas à nous écrire en nous laissons votre nom, prénom, âge, dans la rubrique Contact, nous ne manquerons pas de repartager vos propres expériences!
----------------------
N.B : Chaque cas d'endométriose étant différent, cet article, comme les autres, offre des pistes à explorer, qui seront différentes pour toutes les femmes. 
Il ne vient en aucun cas substituer un avis médical.